Mode, art, ciné, culture : mes trouvailles de la semaine #120

dimanche, 23 octobre, 2016 0

277 280 283

J’ai découvert le photographe David Meskhi en m’intéressant au documentaire sur les skateurs géorgiens, When the Earth Seems to Be Light (visionné lors Paris Surf and Skate Film Festival). J’ai beaucoup aimé sa série photographique Higher autour de jeunes gymnastes que j’imagine géorgiens, avec ces traits et cette ambiance typiquement post-soviétiques, que l’on observe avec la nostalgie des époques que l’on n’a pas vécues. Beau et bizarrement mélancolique.

 

laptop_guestme

GuestMe, c’est le nouvel abonnement mensuel qui va vous sortir de chez vous ! Pour 35€ par mois seul ou 60€ à deux, l’appli vous propose des billets pour une sélection de concerts et soirées, aussi souvent que vous le souhaitez dans le mois. Pour tous ceux qui ne peuvent concevoir de passer leur samedi soir à broyer du noir, voici l’appli idéale !

 

Invité de France Inter que j’écoutait l’autre jour, j’ai été amenée à redécouvrir Lescop, artiste français à la pop très 80’s qui sort son nouvel album cette semaine, et dont l’on peut déjà découvrir les titres Echo ou David Palmer, en souvenir du titre La Forêt qui avaient déjà fait sensation cinq ans auparavant.

 

mast_la

La marque de chocolat la plus hipster de tout le continent américain (de tout Brooklyn en tout cas), j’ai nommé Mast Brother, nous régale et surprend une fois de plus avec cette jolie collab entre trois artistes, autour des trois villes où est implantée la marque, Londres, Los Angeles et Brooklyn.
Respectivement décerné au photographe David Post, aux artistes textile Block Shop et au peintre Andrew Tarlow, les trois artistes se sont vue offrir la possibilité de dessiner les emballages d’une série de tablettes dédiées à leur ville, pour enrichir le catalogue déjà très pointu et sophistiqué des emballages qui ont fait la célébrité des frères chocolatiers.

 


WestWorld est une série diffusée sur HBO, 2016.

Dans un futur d’anticipation, les avancées technologiques ont permis de créer des androïdes plus vrais que nature, capable de parler, agir, séduire, pleurer et saigner à la guise des humains qui les contrôlent. Utilisés à des fins divertissantes dans un parc d’attraction recréant le far west américain du 19ème siècle, les androïdes n’ont pas conscience de leur non-humanité et recréent chaque jour les mêmes scénarios pour les visiteurs venus prendre du bon temps dans le parc. Seulement, une récente mise à jour détraquent certains des androïdes, et flouent un peu plus les limites entre humains et robots.

Une bonne série d’anticipation comme on les aime, voilà ce que propose WestWorld avec cette première saison de 10 épisodes, égrenée chaque lundi depuis début octobre. Partant d’un sujet de SF déjà abordé des millions de fois (coucou Blade Runners) WestWorld arrive pourtant à nous captiver avec son histoire de parc à thème, endroit aussi glaçant que fascinant où les visiteurs ont absolument tous les droits, et qui nous interroge une fois de plus sur les limites du divertissement (coucou Hunger Games). Vous l’aurez compris, le propos est assez commun pour une série d’anticipation, mais traité avec tellement de whaouh (deuxième budget d’HBO après Game of Thrones) que la série vaut largement le détour.

Pas encore de commentaires, laissez le vôtre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


[an error occurred while processing this directive]