Mode, art, ciné, culture : mes trouvailles de la semaine #124

dimanche, 22 janvier, 2017 0

1410 Swing Tree

Joe Cruz est un artiste anglais qui travaille le pastel. Singulière, son oeuvre est un kaléidoscope de photos en noir et blanc, retravaillées aux pastels colorées, pour un rendu à la fois chic et pop.

 


Des duos gars/fille qui chantent à deux voix, on a eu un bel éventail en 2016, entre Eléphant, Pirouettes ou Minou, il y a eu Poom également. Et puis cette chanson, Les Voiles, que l’on entend une fois et qui nous reste dans la tête juste assez pour devenir fan du duo.

 

body-electric-clara-daguin

C’est en me rendant aux portes ouvertes de l’école des Arts Décoratifs que j’ai découvert le travail de Clara Daguin. Diplômée en mode en 2015, elle était sélectionnée au festival d’Hyères en 2016 pour sa collection Body Electric. Mêlant mode et technologie, le travail de Clara Daguin évoque une Iris Van Harpen 2.0 et nous promet un avenir intéressant pour l’union mode et tech.

 

Institut-suédois-Café-suédois-Cour-extérieure-|-630x405-|-©-Nils-Boldt

Niché dans un hôtel particulier du troisième arrondissement, l’Institut Suédois est un petit bout de Scandinavie dans un écrin de campagne à Paris. Entre expositions sur des artistes suédois, projections, événements culturels ou cours de langue pour tout savoir du pays d’Ikea, on peut s’arrêter au joli café suédois, qui entre sandwiches au saumon et brioches à la cannelle, nous propose un endroit chaleureux et accueillant pour faire une pause bien méritée. D’ailleurs, vous pouvez en ce moment y retrouver une jolie expo photo sur la parité du congé parental en Suède. La Suède, pays de l’égalité et du bien vivre ? On dirait que oui !

 

Paterson, est un film de Jim Jarmush sorti en 2016.

Paterson, conducteur de bus, est également poète à ses heures perdues. Il habite avec sa copine Laura, pâtissière invétérée et obsédée par les motifs noirs et blancs. Au gré de ses journées dans le bus il capte conversion et vie des uns et des autres, et se rend chaque jour dans le même bar pour également écouter les histoires que chacun veut y raconter.

À la fois poétique, et parfois fantastique, Paterson nous glisse dans une ville où l’extraordinaire côtoie l’ordinaire. L’ordinaire d’une vie, celle de Paterson et de son amie, simple et bien rangée, dépourvue de névroses et apaisée au contact d’une ville un peu étrange mais pourtant pas inquiétante. Glissant entre détails surprenants et l’incroyable poésie de l’ordinaire, Jarmush réussi un pari osé, nous réconcilier avec sublime banalité de nos vies.

 

Pas encore de commentaires, laissez le vôtre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


[an error occurred while processing this directive]